comment nous travaillons


VOICE travaille avec des auteurs qui viennent du monde entier. Cela signifie que nous travaillons dans un environnement très international et très divers culturellement et que nous devons dépasser la distance géographique, culturelle et linguistique. La manière dont nous travaillons varie beaucoup en fonction de l’auteur et du membre de l’équipe qui l’aide, en fonction de leurs bagages culturels respectifs. L’équipe soutient tous les auteurs individuellement, tout au long du processus de rédaction, et reste disponible à tout moment pour répondre à leurs questions.

 

La plupart du temps, les auteurs de VOICE écrivent leur histoire par eux-mêmes, avec le soutien de notre équipe. Toutefois, en travaillant avec nos auteurs, nous nous sommes rendus compte que les auteurs trouvent souvent la rédaction du premier jet particulièrement difficile et longue. Comme nos auteurs ont d’importantes obligations professionnelles et personnelles, VOICE ne souhaite pas être un poids. Nous ne souhaitons également pas que l’écriture du témoignage pour VOICE soit un facteur de stress ou un motif de refus de participation. C’est pourquoi en novembre 2016, nous avons développés une nouvelle méthode d’écriture. Dans cette méthode, plutôt que de régider eux-mêmes la première version de leur témoignage, les auteurs échangent avec leur point de contact VOICE pendant une conversation informelle. Cette conversation est enregistrée et retranscrite par les membres de VOICE avant d’être envoyée comme premier jet à l’auteur. Cette version forme la base de travail pour l’auteur, qui peut modifier, ajouter et/ou retirer des éléments pour s’approprier le témoignage.

Track I: Written drafts

Si un auteur préfère travailler à l’écrit et soumettre un premier jet rédigé, l’équipe de VOICE est là pour soutenir tous les auteurs dans le processus. Comme mentionné plus haut, la manière dont nous travaillons dépend directement des auteurs concernés. En général, Voice travaille en 7 étapes :

1. Contact personnel avec nos auteurs

Quand un nouvel auteur rejoint le projet, un membre de l’équipe VOICE lui est attribué. Quand les auteurs découvrent le projet par un membre de l’équipe, ce contact reste évidemment le même tout au long de sa participation. Nous sommes très attentifs au contact entre l’auteur et le membre de l’équipe. Ainsi, ce dernier est soit originaire de la même région que l’auteur ou y a séjourné/travaillé dans le passé. Il connait donc la culture, les habitudes et (parfois) la langue et peut ainsi travailler plus facilement avec les auteurs. Le contact personnel attribué à un auteur est toujours là pour répondre aux questions et pour aider les auteurs en cas de problème lors du processus de rédaction. De plus, les auteurs peuvent toujours contacter Annina, la coordinatrice du projet, qui travaille directement avec les contacts régionaux.

 

2. Organisation des idées

Ecrire son histoire est une tâche très complexe qui peut paraître effrayante par certains aspects. Les histoires de VOICE sont uniques car elles sont propres à chaque auteur. Nous encourageons donc les auteurs à écrire comme ils le veulent. Cependant, l’expérience nous a montré que certains trouvent difficile d’écrire leurs histoires sans avoir été conseillé préalablement. L’auteur et le membre de l’équipe discutent donc, souvent, de manière informelle, de ce que l’auteur souhaite transmettre. Cela aide à organiser leurs pensées et à avoir une idée générale de la structure qu’ils souhaitent donner à leur propos.

 

Cela n’est pas du tout obligatoire mais notre équipe est là pour aider les auteurs qui en ressentent le besoin. Ce soutien peut se faire, en fonction des disponibilités de chacun, par un skype informel ou un échange d’email avec leur contact attribué au sein de l’équipe VOICE ou par notre conseiller en rédaction. Ce soutien est fait pour aider les auteurs à choisir ce qu’ils veulent partager et à leur donner les moyens de le faire – il ne s’agit en aucun cas de les pousser dans une certaine direction. L’histoire finale est toujours le résultat des choix de l’auteur!

 

3. Rédaction du témoignage

Après l’échange avec notre équipe, les auteurs doivent écrire un premier brouillon de leur histoire. C’est seulement leur premier essai et il n’a pas vocation à être exhaustif ou parfait. Il n’y a pas de règles particulières à suivre et les auteurs sont entièrement libres dans leurs choix. Notre équipe reste à disposition pour les aider, notamment en leur fournissant des conseils d’écriture sur la longueur de leur histoire ou sur la manière d’organiser leurs idées. Ces conseils ne sont pas obligatoires et ne servent que d’orientation pour les auteurs.

4. Soutien au processus de rédaction

La plupart de nos auteurs n’ont pas d’expérience préalable dans l’écriture de témoignages personnels. Dans de nombreux pays, écrire des histoires ne fait pas partie des programmes scolaires. Par ailleurs, écrire son témoignage est toujours difficile. C’est pourquoi VOICE tente de soutenir ses auteurs tout au long du processus de rédaction par le biais du contact personnel, de la coordinatrice du projet ou de la conseillère en rédaction. Nous ne dirons pas à l’auteur ce qu’il doit écrire mais au contraire, nous tenterons de lui donner les outils nécessaires à l’expression de ses idées à lui.

 

5. Commentaires du brouillon

Quand un auteur a fini son premier brouillon, il est lu par la coordinatrice du projet et par le contact régional. Ils ne changeront rien dans le témoignage, seul l’auteur peut faire cela. Cependant, nous commenterons le brouillon pour indiquer à nos auteurs où plus de détails et d’explications peuvent être utiles, en particulier lorsque des différences culturelles existent. Par exemple, un village en Bolivie ne ressemble pas du tout à un village kenyan ou allemand. Des explications sont donc nécessaires pour que les lecteurs comprennent ces différences. Nos commentaires sont là pour aider les auteurs à structurer leur témoignage et à les rendre compréhensible pour une audience occidentale qui ne connait pas le pays en question. Le brouillon est ensuite retourné à l’auteur qui décide de faire les changements qu’il souhaite. Plusieurs versions commentées et retravaillées peuvent être échangées avant que l’auteur choisisse une version finale.

 

6. Traduction des histoires

Après avoir décidé d’une version finale, l’histoire sera traduite en anglais (si nécessaire) et en allemand. Nos traducteurs sont très attentifs lorsqu’il s’agit de retranscrire la signification culturelle et la structure linguistique dans leurs traductions, dès lors que c’est là le cœur des histoires de VOICE.

 

7. Publication des histoires

Les histoires de VOICE seront publiées sous le nom de l’auteur. Les auteurs peuvent toutefois choisir de publier leur travail anonymement si les circonstances politiques le demandent. Dans ce cas, une astérisque sera utilisé pour montrer que pour le moment, l’auteur se sent incapable de partager son nom. Comme nous espérons que ces circonstances ne sont que temporaires, les auteurs peuvent décider de révéler leur nom à tout moment. Dans ce cas, nous remplacerons l’astérisque par leur nom pour toutes les publications qui suivent. Actuellement, nous publions les témoignages recueillis en ligne, dans un format Kindle, afin de les rendre largement disponibles.  

Track II : Premiers brouillons enregistrés

Si un auteur choisit de travailler avec la méthode Track II, il ou elle ne produira de premier jet à l’écrit. En remplacement, les auteurs auront une conversation avec leur coordinateur au sein de VOICE à propos de leurs expériences, et raconteront leurs histoires lors d’une discussion. Cette conversation sera enregistrée par le coordinateur et ensuite, elle sera tapée et envoyée à l’auteur en tant que premier jet. L’auteur peut ensuite travailler sur ce brouillon avec l’aide de l’équipe VOICE, suivi du même processus de commentaire que pour les auteurs du Track I. De nouveau, les spécificités de ce processus dépendent de chaque auteur. Cependant, comme pour le Track I, le Track II fonctionne en 7 étapes. Sur ces sept étapes, seulement les étapes 2 et 3 changent par rapport au Track I :

 

 

2. Conversation enregistrée

Ecrire son histoire peut être un processus difficile et long. Pour aider les auteurs à produire un premier jet sur lequel travailler, VOICE offre une seconde méthode de travail. Contrairement, à la Track I, les auteurs ne commencent pas par produire un premier brouillon écrit pour l’envoyer à leur contact VOICE. A la place, ils auront une conversation avec leur contact attitré par Skype ou par téléphone, pour parler de leur expérience et pour raconter leur histoire à un membre de notre équipe, qui l’enregistrera. Comme lorsqu’ils écrivent un premier brouillon, les auteurs de VOICE sont libres de parler de toutes leurs expériences. Bien que les membres de l’équipe soient fréquemment amenés à poser des questions pour rajouter des détails et à compenser les différences culturelles, la conversation est menée par l’auteur. VOICE a actuellement trois dictaphones pour enregistrer ces conversations.

 

3. Premier brouillon tapé

Suite à la conversation, l’équipe de VOICE tapera la conversation enregistrée et l’enverra à l’auteur, avec quelques commentaires. Ce premier jet sera utilisé comme base de travail. L’auteur pourra changer le brouillon comme il le souhaite. Le brouillon est ensuite renvoyé au contact personnel, comme pour le Track I. Tout se déroule ensuite comme pour le Track I du processus d’écriture à la publication de l’histoire.